Comment a évolué le parfum au cours du temps ?

L'HISTOIRE DU PARFUM

● Le Parfum dans l'Antiquité 

       Le mot parfum vient du latin: PER-FUMUM qui veut dire à travers la fumée, nous allons voir qu'en effet à ses débuts, le parfum était bien loin de son utilité actuelle... 

Dans l’antiquité, on utilisait surtout les parfums dans un but religieux ou médical. Ils étaient confectionnés à partir des formules indiqués dans les livres sacrés. Sous forme solide (résines), ils étaient brulés lors de rites religieux ou prescris par les médecins pour ses propriétés relaxantes et hypnotiques. De plus les bûchers, boucheries à ciel ouvert, le manque d’égout et les sacrifices d’animaux dégageaient de fortes odeurs qu’il fallait couvrir. Ils étaient aussi symbole de sensualité et mélangés aux huiles ils contribuaient au culte du corps et de l’érotisme.  Les parfums étaient composés selon les lois de « la pyramide olfactive » avec la note de tête, celle qui domine pendant les 10 premières minutes, la note de cœur qui tiens 3heures et enfin la note de fond qui persiste jusqu’à la fin de la journée.

 

 

 

 

 

 

 

 

               Myrtes de Tarentes                                                        Racines de Garance                                                    Racines d'Orcanette 

 On a retrouvé lors des recherches concernant l’éruption du Vésuve à Pompéi, des traces de l’utilisation du parfum, au 1er siècle avant JC. Grâce à ces recherches on sait que les artisans parfumeurs étaient riches et qu’ils avaient un rôle d’entremetteur et de proxénète. Leurs échoppes se trouvaient au nord du forum. On a pu également reconstituer le Jardin d’Hercule à l’identique : on y trouve des oliviers, des amandiers, des myrtes de Tarentes et une roseraie. Les chercheurs ont pu reconstituer plus de 70 des parfums populaires de cette époque grâce aux écrits des médecins et écrivains de Pompéi, comme par exemple Pline l’ancien. Ils avaient détaillé les composants et mêmes parfois les quantités. Les parfums étaient composés de 5 éléments : huile (à base d’olives cueillies avant maturation afin de ne pas laisser une odeur trop marquante), substances odorantes, fixatif, c'est-à-dire des résines ou des gommes, du sel afin d’empêcher la corruption de l’huile (détérioration), des colorants; en général orcanette ou garances pour leur teinte rouge et qui retardaient également la décomposition de l’arôme à la lumière. Ils étaient fabriqués grâce à une presse.


● Le Parfum au Moyen-Âge et à la Renaissance 

Au Moyen Age, en Occident, le Christianisme est adopté comme religion officielle, celle-ci condamne l’utilisation du parfum en raison de sa symbolique sensuelle et érotique.  Elle en fait également l’illustration du monde païen, représentant de la frivolité. De plus, les coutumes barbares, exportées lors des invasions (entre le IVème et le Vème siècle) ne sont pas favorables à la parfumerie et en provoque donc un certain recul, l’art du parfum ce réfugie alors dans l’empire Byzantin. Pourtant nous allons voir que le parfum connait une certaine évolution.

En effet, certains moines continueront à l’exploiter pour ses vertus médicinales à l’aide des plantes qu’ils cultivaient dans les jardins de leurs  abbayes telles que la sauge, la lavande, le thym, le romarin et la valériane. Ces plantes servaient uniquement à guérir, la parfumerie en tant que telle est donc très discrète pendant quelque temps. Mais les Croisades vers l’orient rapportent senteurs et produits cosmétiques tels que l’eau de Rose. Les Arabes font un  pas en avant grâce en particulier à l’invention de l’alambic dont les principes reposent sur les connaissances de leurs ancêtres et celles des grecs.  L’alambic permet de séparer des liquides à divers points de l’ébullition, il est constitué d’une chaudière, dans laquelle on chauffe le produit à distiller jusqu'à ébullition, d’un chapiteau dans lequel la vapeur s’élève afin d’arriver dans le col de cygne ou elle se condense puis passe dans le réfrigérant duquel elle ressort huile essentielle. L’invention de l’alambic est datée au Xème siècle. Les Croisades rapporteront également des nouvelles senteurs telles que le musc, le santal, le girofle, la myrrhe  et l’ambre. 

L'objet phare du Moyen-âge dans le domaine de la parfumerie est le pomander qui apparait vers la moitié du XIIème siècle, il s’agit d’abord d’une pépite d’ambre enchâssée dans une boule de senteur que les nobles portaient au cou, on lui prêtait alors un rôle curatif et aphrodisiaque. Mais après le XIVème siècle le terme de pomander  deviendra propre à l’objet recueillant la matière odorante. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                           Schéma du principe de l'alambic                                                                                                           Pomander

       La pratique de la parfumerie et du commerce du parfum à cette époque se limite essentiellement à la profession de gantier (ou gantiers parfumeurs) qui usaient des parfums pour assouplir et imprégner leur cuir. Ils ont l’interdiction de se nommer parfumeur et prendront donc l’appellation de gantiers-parfumeurs, puis en 1190 le roi Philippe Auguste autorisera l’organisation d’une corporation de parfumeurs-gantiers.

En 1320, l’alcool est découvert après douze siècles de recherches suite à la découverte de la distillation. L’eau de vie et le parfum tel que nous le connaissons est née. Le premier sera la très célèbre « Eau de la Reine de Hongrie », apparait cinquante ans plus tard. Inventée spécialement pour la reine Elizabeth de Pologne, reine de Hongrie. Elaborée à base d’essence de romarin, lavande, bergamote, jasmin, cirse, et ambre elle fut un grand succès et plusieurs dames de la cour la portèrent (Mme de Sévigné, Mme de Grignan et Mme de Maintenon). Cette eau est encore commercialisée aujourd’hui par la parfumerie Fragonard.  

 

 

 

 

 

 

 

                            

                        Bergamote                                                                                                                                                                            Cirse     

        Après ce premier parfum les eaux de senteurs se multiplient, elles peuvent être simples ( un seul composant: eau de rose, eau de lavande, fleur d’oranger...) ou composées (fleur, épices, musc et ambre), s’ajoute alors à leurs propriétés pharmaceutiques le pouvoir de cacher les odeurs corporelles, cette coutume s'amplifie à la renaissance ou l’eau est soupçonnée d’être responsable de la peste. Le parfums utilisés avaient donc des odeurs plutôt tenaces toujours à base d’ambre et de musc mais aussi de jasmin et tubéreuses. 

La distillation intrigue et les recherches continuent, c’est ainsi qu’en 1500 les huiles essentielles de pin, encens, cèdre et iris sont extraites pour la  première fois, puis sur une période de quarante ans après ces extractions le santal, l’anis, le genévrier, la cardamone, le fenouil et la noix de muscade livrent eux aussi leur précieuse huile. Renaissance rime avec Nouveau Monde, en effet les explorateurs remmenèrent de leurs expéditions des matières premières jusqu’alors inconnues telles que la vanille, le café, le poivre et le tabac. Venise, alors en plein essor, devient la principale ville productrice et vendeuse de parfum, c’est également à cette époque  que la ville de Grasse devint ce qu’elle ait aujourd’hui: Capitale mondiale du parfum, en grande partie grâce à sa production de plantes recherchées comme le jasmin ou la rose. Comme au Moyen-âge, la parfumerie reste destinée aux nobles. 

• La Parfumerie Moderne

Après la période de creux de la parfumerie lors de la Révolution Française (en effet le parfum rappelle la cour du roi) le XIXème siècle marque son retour comme centre d'intérêt des dames. La mode est alors aux senteurs exotiques telles que la vanille  ou la cannelle, répondant aux goûts de l’impératrice Joséphine, puis sous la restauration on note l’apparition des senteurs douces et légères. C’est également le siècle de la montée en puissance de la parfumerie qui compose désormais des «jus»  qui durent plus et d’une plus grande qualité. Avec la Révolution Industrielle, de nouvelles découvertes voient le jour comme la méthode d’extraction par solvants volatils (Léon Christis) ainsi que la mise au point des molécules de synthèse qui permettent la production de nouvelles odeurs ou la reproduction d’odeurs issues de substances naturelles (vanilline, coumarine (fève tonka), ionone (violette)) . La Révolution industrielle  a entraîné la production industrielle, libérant la parfum de son statut de produit de luxe, autrefois plus cher que certains bijoux, en le rendant accessible aux classe moyennes. A cette époque, de grandes maisons telles que Molinard (1849), Bourjois (1863), Coty, Roger & Gallet (1862), L.T Piver (1813) mais surtout Guerlain (1828) font leur entrée dans le monde de la parfumerie. Cette dernière fera ses débuts avec «l’eau de Cologne impériale», à base de citron, bergamote, petit grain (résultat de la distillation des branches et des feuilles de l’oranger amer) et néroli qui plaira beaucoup à l’épouse de Napoléon III (Eugènie de son prénom), de plus Aimé Guerlain sera à l’origine du premier parfum moderne: en 1889 «Jicky»  révolutionne la parfumerie en alliant les essences naturelles avec les produits de synthèse et reprenant le modèle de la pyramide olfactive qui s’imposera alors comme modèle dominant dans la réalisation des futurs parfums. 

 

 

 

 

 

 

                                    Aimé Guerlain                                                                   Coco Chanel 

     Il faudra ensuite attendre la libération de 1945 pour voir une nouvelle ère arriver: en effet à cette période les créateurs célèbrent la victoire avec une production variée et abondante: Nina Ricci sort «Coeur joie» et «Air du temps», Patou «l’heure attendue»,  Dior «Miss Dior», Balmain «Vent Vert», Carven «Ma griffe», Piguet «Bandit», Coco Chanel «Mademoiselle Chanel N°1» «Mademoiselle Chanel °2» et «Mademoiselle Chanel N°31», Lancôme «Lavandes»... 

       Vers les années 1970, la diversité est encore accrue et la tendance est aux senteurs orientales telles que le santal, le musc et le patchouli, on notera alors la sortie d’«Opium» (Yves Saint Laurent), de «J’ai osé» (Guy Laroche) et de «Magie Noire» (Lancôme). On note aussi, vingt ans après les premières eaux de toilettes masculines, l’apparition des premiers véritables parfums pour hommes. 

       Depuis 1990, Les créations, quittes à être éphémères, sont nombreuses et ne connaissent plus l’influence de tendances particulières mais sont adaptées aux envies du consommateur. 

• L'Histoire des flacons

Les premiers flacons datent de l’antiquité, les Egyptiens les fabriquaient en terre cuite, puis plus tard ils travaillent l’albâtre, l’onyx ou encore porphyre. Les grecs amélioreront les flacons grâce à la technique du verre soufflé datant de 50 avant JC et développée en Syrie. On développe également la méthode des moules, rendant les flacons reproductibles indéfiniment, ceux-ci commencent à avoir des formes plus travaillées et artistiques. A Rome, ils ont des formes très variées et sont relativement couteux, pour les classes moyennes ils sont fait  en faïence. Au Moyen- Age les flacons sont fabriqués à base de métal émaillé ou de verre soufflé (ayant un aspect laiteux), ils garderont cette forme jusqu’au XVIIème siècle, date à laquelle le cristal de plomb est mis au point, les flacons sont alors en cristal, dans des montures en or, en bois ou encore en cuir. A cette époque, parfum et flacons sont deux créations totalement différentes: le parfum est contenu dans un flacon très simple, et la consommatrice le transvase dans un autre de son choix. Au XIXème siècle, les parfumeurs prennent conscience de l’impact du flacon sur le client, les parfums s’associent à des flacons conçus par des artistes, comme leur contenu, ils deviennent des oeuvres. La cristallerie Baccarat et la première à s’investir dans ces nouveaux besoins et signera le flacon de « Shalimar »  de Guerlain,  certains parfumeurs tels que coty s’associent à des verriers, pour lui ce sera René Lalique qui élaborera en premier le flacon d’ «Ambre Antique», puis de tant d’autres... 

 

 

 

 

 

 

 

 

       Ambre Antique                                                 René Lalique                                                        Shalimar 

Service facile et gratuit

Je crée mon site