Loading
Create a website

       

Comment a évolué le parfum au cours du temps ?

DE LA FLEUR AU PARFUM

       Une odeur est une émission de substances, c’est un « nuage » de molécules odorantes qui sont différentes en fonction des plantes.

      On peut réussir à obtenir ses molécules par différentes techniques, qu'on comptabilise au nombre de six, mais parmis elles, deux sont moins répandues.

  • Tout d’abord, l’extraction. Cette technique consiste à faire macérer la plante dans un solvant pour en dissoudre les molécules odorantes et les pigments. Après cette étape, que l’on aura répété trois fois,  on provoque l’évaporation du solvant (qui sera recyclé). Il ne nous reste plus que les molécules odorantes. C’est alors un liquide visqueux et épais qui se solidifie en une sorte de cire : la concrète.  Un kilo de concrète correspond a environ 400 kilos de fleurs.

            A partir de cette concrète qu’il faudra traiter à l’alcool puis chauffer pour obtenir un liquide, mixer et filtrer pour séparer l’absolu de l’extrait de cire. Un kilo de concrète correspond alors à 600 grammes d’absolu.

                                                                               

                                                                                     

  

.

 

 

 

 

                     Cuves d'extraction qui utilisent des solvants volatils

  

  • . Ensuite, il y a l’extraction ou la distillation dans un alambic par chauffage. Pour obtenir les molécules odorantes à partir de cette technique, il faut passer par plusieurs étapes. On commence par chauffer  la matière première dans de l’eau qui va entrainer les molécules odorantes dans un réfrigérant qui refroidit la vapeur. Cette vapeur devient alors une huile essentielle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                     Schéma du principe de distillation

 

  • L’enfleurage à chaud est utilisé avec des pétales de fleurs peu fragiles (rose, narcisse par exemple). On plonge les fleurs dans un bain de graisse animale chauffée à plusieurs reprises. Lorsque les fleurs ont donné toute leur essence, elles sont jetées et remplacées par d’autres, jusqu’à obtenir une graisse suffisamment saturée. La graisse est ensuite lavée à l’alcool, jusqu’à obtention de l’essence absolue.

 

  • Et enfin, l’expression qui est pratiquée uniquement avec les agrumes. C’est une technique très facile qui permet par une simple pression d’extraire l’essence contenue dans l’écorce des fruits. Aujourd’hui, on réalise cette extraction grâce aux centrifugeuses.

 

       Enfin, il existe encore deux techniques, qui sont peu utilisées.

  • Une est très ancienne : l’enfleurage à froid.  Cette technique ne concerne  que les plantes fragiles telles que les tubéreuses : les graisses animales étendues sont parsemées des pétales des fleurs. Le graisse de charge alors des odeurs des fleurs. Enfin les graisses sont fondues puis chargées d’alcool  pour obtenir l’absolu de pommade.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

       

                  Atelier d'enfleurage à froid.

 

  • Et une plus récente (1970) le head space. Cette technique est utilisée pour récréer une odeur très proche des végétaux encore méconnus : on englobe les têtes de végétaux non coupés dans une sphère en verre. Un gaz entraine alors les molécules odorantes puis un chimiste tentera de reproduire cette odeur à l’aide des molécules de synthèse
Cuves d extraction qui utilisent des solvants volatils
Distillation
Enfleurage a froid

 

 

  •  Grâce à l'essor de la chimie au milieu et à la fin du XIXème siècle, la parfumerie et ses méthodes de fabrication ont été modifiées de nombreuses fois. Les synthèses ont permis d'accéder à de nombreuses matières premières qui n'existent pas à l'état naturel, ou bien trop chères ou difficiles à obtenir. Dans ce cas il y a les matières premières animales et également les matières premières végétales que l'on synthétise pour préserver la faune et la flore. Cette évolution a permis de faire que le parfum ne soit pas un parfum inabordable et cela surtout grâce à des maisons comme Guerlain, Piguet, Coty.  On peut également citer le parfum Chanel n°5, créé en 1925 car il a été le premier parfum a utiliser les produits de synthèse.
  •  

                                                                     Chanel n°5, premier parfum a utiliser des     

                                                                                                                  produits de synthèse.                  

     

     

     

     

  •     Les techniques permettant la synthèse de molécules odorantes ont été mises au point par des chimistes en France vers 1830. Aujourd'hui, 98% des substances utilisées en parfumerie sont des molécules synthétiques. On en utilise autant car elles présentent de nombreux avantages. Les synthéses sont aujourd'hui possibles grâce aux progrès dans le domaine de la chimie organique. La synthèse des molécules est devenue obligatoire à cause du coût  de fabrication des essences végétales, des quantités de fleurs et des difficultés d'approvisionnement (notamment à cause des conditions climatiques ou économiques). Elle est également devenue obligatoire pour les matières premières animales afin de protéger les animaux qui les produisent (alors que ces substances naturelles ne sont pas interdites). Les parfums synthétiques ont donc des avantages économiques: désormais toutes les classes sociales peuvent accéder aux parfums alors qu'avant 1900, seules les classes aisées y avaient accès, et également écologiques. Un dernier avantage: en plus de copier la structure chimique des molécules existantes naturellement, la synthèse permet d'enrichir la palette du parfumeur avec de nouvelles odeurs (qui sont souvent à l'origine de succès commerciaux).
  •    Pour faire la synthèse d’une substance, en premier il faut rechercher les molécules odorantes qui les composent afin de reproduire l’odeur, grâce à des techniques sophistiquées d’analyse comme le head space. Lorsque les molécules sont identifiées puis isolées, on peut alors les reproduire en laboratoire. Pour faire cela, deux possibilités s’offrent aux chimistes : la synthèse ou l’hémisynthèse.
  •                      * L’hémisynthèse est une technique qui, à partir d’une molécule tirée d’une essence végétale très proche de celle que l’on recherche et à qui on fera seulement quelques transformations, permet de réaliser une synthèse. La synthèse devient alors totalement identique à celle désirée. Dans ce cas, on peut prendre l’exemple de la vanilline, qui est très utilisée.Elle provient de la vanille mais on peut la synthètiser à partir de lignine grâce à l'hémisynthèse.  Mais on ne synthétise pas des matières naturelles uniquement par soucis économiques mais également écologique ou éthique pour la flore et la faune ou encore car les synthèses sont plus constantes.

                         * Quant à la synthèse totale, elle recrée les corps à partir d’une matière fossile qui vient de la pétrochimie (comme par exemple l’alcool, le benzène, les acides, etc.). Les réactions d’estérification, qui sont l’action d’un acide sur un alcool. Une synthèse entière nécessite quand même parfois une succession de réactions chimiques. Et plus il y a d’étapes pour faire la synthèse complète, plus le produit obtenu sera cher.

    J
    Copie de champ fleurs pano bis
    Chanel no5 parfum
    Copie 2 de champ fleurs pano bis
    J

     

     

               

                  L’élaboration d’un parfum se fait en plusieurs étapes.

     

    • La maison désirant créer un parfum passe un appel d’offre auprès des parfumeurs qui choisissent un de leur nez. Prenons l’exemple de One Million par Paco Rabanne qui a présenté aux différentes maisons des parfumeurs son futur parfum en annoncant ceci: « Nous cherchons à croiser les valeurs de la marque à un parfum, très signé, puissant, un poil macho ; Quelque chose d’ultra masculin, un peu Travolta, disco, kitch, flamboyant mâtiné, de hip-hop, drôle, pas sérieux ». Suit alors un film comme brief, un montage d’extrait de James Bond, Indiana Jones, Billy M., Picsou, du casino, des femmes, et des grosses bagnoles. On confie aux parfumeurs le nom du parfum, la forme de son flacon et les couleurs de sa publicité. 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                       Publicité de 1 Milion par Paco Rabanne

     

    •  Ensuite chaque parfumeur envoie ces propositions que la maison va écrémer au fur et à mesure pour ne garder en lice que deux finalistes issus de deux maisons différentes. Commence alors un jeu d’aller retour entre le nez et le client qui nécessitent le plus souvent environ 2000 essais avant de trouver le jus final, puisque la plupart du temps 95% des jus proposés sont refusés.

     

    • Pour choisir, l’équipe désigne alors un cobaye, une jeune femme qui ne fume pas, ne se parfume pas et qui n’a pas mangé de plats trop épicés. On lui pulvérise alors sur les bras les jus différents qui sont marquées par des gommettes de couleur. Chaque membre de l’équipe donne alors son avis. Et si la fragrance n’est ni vraiment aimée, ni vraiment détestée, alors l’essai est abandonné. Effectivement, l’odeur d’un parfum ne doit pas faire l’unanimité, ne pas céder à la facilité. Au contraire, il faut rechercher l’addiction,  la dépendance…qui sera la seule condition pour avoir envie de la racheter.

     

    • Vient ensuite le côté marketing du parfum… Dans les parfumeries, le consommateur ce décide dans les trente premières secondes après avoir testé le parfum. La note de tête est donc une des plus importantes de ce point de vue. Même s’il faut que le consommateur se souvienne longtemps d’un parfum.

     

               Selon les différentes régions du monde, la culture impose une différente concentration du parfum. Au Japon, la concentration doit être moindre et le parfum plus floral qu’en Europe où la concentration est elle-même inférieure à celle des Etats Unis. 

    1milion
    Doc 145